Fantasy

Sélection fantasy 5

Couverture

Arkane – la désolation

Arkane : une ville labyrinthique, bâtie selon la légende par sept maisons toutes-puissantes, et dont les luxueux niveaux supérieurs sont occupés par un pouvoir corrompu. C’est dans ce monde dominé par les intrigues incessantes, les meurtres et la magie noire que vit Oziel, fille de la maison du Drac. Lorsque son clan est massacré, Oziel s’enfuit des Hauts de la ville, espérant gagner les Fonds afin de rejoindre son frère condamné et de lever une armée parmi les prisonniers du terrible bagne, dans les profondeurs de la cité. Mais tandis qu’elle cherche à s’évader des rets d’Arkane, d’autres tentent de rallier celle-ci à tout prix. Renn, un apprenti enchanteur de pierre et Orik, guerrier venu d’une lointaine contrée, portent avec eux l’annonce d’une menace qui, s’ils arrivent trop tard, pourrait bien plonger Arkane dans le chaos…

Après tout ce temps, il fallait un titan me me faire revenir… Pierre Bordage, chez Bragelonne, en Fantasy. Je suis cet auteur depuis des années, particulièrement en SF, alors en Fantasy, imaginez donc. Le temps me manquant, je le garde pour une belle journée d’été, afin d’en déguster chaque mot. Car Pierre Bordage ne se lit pas en travers, et c’est bien l’un des rares auteurs dont je le dis.

Couverture

Blood Song

Anthony Ryan nous rappelle avec une efficacité et une profondeur rare qu’un héros n’est jamais moins que ce qu’il accepte d’être. Sans jamais tomber dans la caricature, sans jamais dénaturer ou démystifier Vaelin, il nous raconte sa vie, ses combats et ce qui fait toute la force et la fragilité de ce « héros », ce guerrier que la paix n’avait su vaincre et la guerre apaiser.

Couverture

Les 12 rois de Sharakhaï 1

Dans les arènes de Sharakhaï, la perle ambrée du désert, Çeda combat tous les jours pour survivre. Comme de nombreux autres, elle espère la chute des douze Rois immortels qui dirigent la cité depuis des siècles. Des souverains cruels et tout-puissants qui ont peu à peu écrasé tout espoir de liberté, protégés par leur unité d’élite de guerrières et les terrifiants asirim, spectres enchaînés à eux par un sinistre pacte. Tout change lorsque Çeda ose braver leur autorité en sortant la sainte nuit de Beht Zha’ir, alors que les asirim hantent la ville. L’un d’eux, coiffé d’une couronne en or, murmure à la jeune fille des mots issus d’un passé oublié. Pourtant, elle les connaît. Elle les a lus dans un livre que lui a légué sa mère. Et le lien que Çeda découvre entre les secrets des tyrans et sa propre histoire pourrait bien changer le destin même de Sharakhaï…

Depuis quelques temps, Bragelonne me déçoit, que ce soit par ses couvertures ou son offre fantasy. Mais… autant pour moi, les 12 rois de Sharakhaï m’ont intriguée par un visuel et un pitch tout à fait à la hauteur de mes belles années de librairie. Je renifle déjà le bon roman et me permets, en avant-lecture, un préavis positif sur ce premier tome.

CouvertureLa saga des 4 éléments

Fuir, rester sur le qui-vive, son arc à la main, c’est le quotidien d’Ériana. Dans sa course éperdue, elle va pourtant croiser la route de Setrian. Le jeune messager des Vents doit l’initier à un terrible secret : sa communauté est menacée par une prophétie et seule une jeune femme bien particulière pourra la sauver. Mais Ériana hésite à lui faire confiance. Et si les prophètes avaient eu tort ?

Alors que ses doutes servent le jeu des ennemis, la sentence de la prophétie se rapproche. Ériana aura-t-elle la force de mener cette quête dont les enjeux la dépassent ?

Les Messagers du vent est un agréable mélange ente Pierre Bottero et Fiona McIntosh. Pour les lecteurs qu’une romance fait frémir, Eriana n’a rien du pauvre petit chaton sauvé par le fier guerrier dont le rôle se borne à veiller sur elle à torse nu (toute allusion à une saga vemperesque est volontaire). Trouvée à moitié morte au coeur de l’hiver, elle est immédiatement reléguée au rang de prophétie vivante et assume la nécessité de jouer le jeu pour survivre et en savoir plus sur elle. Sauvage, fière et curieuse, elle révèle rapidement l’illusion qui entoure toute prophétie, tout destin et tout désir de soumettre autrui à une vie qui n’est pas la sienne. Incidemment, Eriana nous pose la question de l’utilité et de la finalité des prophéties… Sont-elles là pour qu’on les évite, pour qu’on les suive ou pour une raison tellement plus simple et évidente qu’elles nous échappent ?

La saga des 4 éléments est une agréable découverte, qui si elle n’a pas la puissance de Fiona Mcintosh ou cette saveur particulière de Pierre Bottero, est tout aussi belle et délicate qu’une brise de printemps.

I

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.