Romans Science Fiction

Citations de « dosadi »

Couverture

Dosadi

Dosadi, c’est comme chaque livre de F. Herbert, l’expérience d’une idée simple et claire, et pourtant multiple. Cette planète, en elle-même, est une expérience dédiée à créer ce qui ne l’a jamais été, à extraire de la vie ses conditions ultimes de survie. Une telle histoire ne se raconte pas, elle se traverse pour en ressortir limé, poli et lavé de ce que l’esprit croyait être vrai, juste, bon ou encore… normal. Dosadi, c’est un diamant auquel rien ne résiste, c’est la logique piégée et donc sublimée, c’est le mot devenu arme, c’est une vision de la Loi, du Pouvoir et de l’Humain dont on ne se relève qu’avec peine… Incarnation de ce qui est hostile à la vie, c’est finalement l’extraction de la vie à son aberration ultime, manipulée et pourtant souveraine, avilie et pourtant… invaincue.

Dosadi, c’est à la fois tout et rien, un récit dont on pourrait faire des thèses et qui pourtant ne révèle son message qu’à qui en fait le voyage, encore et encore, inlassablement. Car toujours, avec F. Herbert, il y a les plans dans les plans, ces interstices impossibles où se glisse le point de vue capable de changer tout ce qui est donné à voir.

Dosadi, c’est la destruction au service de la création, car on ne peut protéger une chose que quand on sait comment la détruire. Reste alors le choix, ou n’est-ce là encore que l’illusion que nous choisissons librement ?

I

Citations

« Les êtres sont inégaux dès la naissance. Le meilleur type de société est celui qui fournit à chacun une chance égale de flotter à son niveau »

« Tous les gouvernements sont aux mains de menteurs et rien de ce qu’ils disent ne doit être cru »

« Chaque individu réagit selon des préjugés et des convictions si profondément enracinés en lui qu’il se trouve d’avance conditionné à ne pas les remettre en question. Par conséquent, à celui qui prétend s’ériger en juge, il convient de poser la question suivante : »En quoi avez-vous personnellement été offensé ? » Et le juge, à partir de là, devra commencer à poser ses questions aussi bien vers l’intérieur que vers l’extérieur »

« Chez toute espèce qui se reproduit par brassage génétique et où chaque individu constitue par conséquent un spécimen unique, toute tentative d’imposer une matrice décisionnelle fondée sur une prétendue uniformité des comportements est infailliblement condamnée à avoir des répercussions tragiques »

« Nous, membre du Bureau des Sabotage, demeurons avant tout des légalistes d’un genre un peu particulier. Conscients du préjudice que peuvent causer à nos sociétés des lois trop rigides aussi bien que des lois trop faibles, nous sommes perpétuellement en quête d’une indispensable modération. Chacun de nous ne connaît que sa propre conscience et la raison pour laquelle il a choisi de servir un tel maître. Telle est la clef de notre condition. Nous sommes, pour des raisons immortelles, au service d’une conscience mortelle. Et nous accomplissons notre mission sans espérer de louanges ni préjuger de notre réussite »

« La mentalité militaire est une mentalité de bandit et de pillard. D’où il découle que tout système militariste représente en réalité une forme de banditisme organisé au sein de laquelle les mœurs traditionnelles cessent d’avoir cours. L’esprit militariste est un prétexte pour légaliser le meurtre, le viol, les rapines et toute autre forme de crimes qui accompagnent inévitablement la guerre. Lorsqu’elle ne dispose pas d’un exutoire à l’extérieur, la mentalité militaire se retourne toujours sur ses propres populations de l’intérieur, en usant d’arguments identiques pour justifier le banditisme qui la caractérise »

« Notre système de justice ne saurait s’exercer équitablement à moins que chacun des participants n’engage sa vie dans tout litige qui lui est soumis. Tout doit être mis en jeu dans la judicarène. Si un seul élément demeure en dehors du conflit ou à l’abri de tout risque personnel, la justice est inévitablement compromise »

« Les gens se trouvent toujours des justifications. Des lois rigides et immuables ne fournissent guère qu’une base commode aux justifications de chacun, et aux préjugés qui les supportent. La seule loi universellement acceptable par les mortels serait celle qui permettrait n’importe quelle justification. Quel non-sens évident ! La loi a pour rôle au contraire de dénoncer les préjugés et de mettre en doute les justifications. La loi doit être souple et variable afin de s’adapter aux exigences nouvelles à mesure qu’elles apparaissent. Autrement, elle n’est là que pour servir de justification aux puissants »

« Nous sommes affligés d’un régime corrompu qui favorise les actions aussi bien immorales que parfaitement illégales. Dans le comportement quotidien des factions au pouvoir, l’intérêt général ne revêt aucune signification pratique. Ceux qui nous gouvernent ne se préoccupent nullement d’affronter les véritables problèmes de notre monde. Sous le couvert du service public, ils se servent de tout ce qui passe entre leurs mains pour en tirer des avantages personnels. Seul le pouvoir les motive, et le pouvoir les rend fous »

« Si vous vous jugez désarmé et inefficace, il ne fait aucun doute que vous allez créer un gouvernement de type despotique pour vous guider. Le despote avisé, par conséquent, a intérêt à entretenir chez ses sujets le sentiment général qu’ils sont désarmés et inefficaces »

« Avec un bon levier et un bon point d’appui, n’importe quelle intelligence est susceptible de se métamorphoser en un éclatant instrument de connaissance de soi »

« Peut-on dire que le peuple soit informé et consentant, lorsque la minorité au pouvoir agit en grand secret pour allumer une guerre dont le seul but de justifier l’existence de ses propres forces armées ? L’histoire a déjà amplement répondu à ces questions. Chaque société de la Co-sentinence moderne a fait sien le jugement historique selon lequel la dissimulation ou le défaut d’information publique en ce domaine constitue un crime impardonnable… »

« Peut-on dire que des populations soient informées et consentantes lorsque, ignorantes des mécanismes internes de leur système monétaire, elles sont entraînées à leur insu dans des aventures économiques ? »

 « La musique d’un peuple a des prolongements subtils dans la conscience des individus et peut influencer la nature profonde d’une société. La musique et son rythme s’imposent et se substituent à l’attention, définissant un périmètre à l’intérieur duquel la conscience ainsi subjuguée peut opérer. Maîtrisez la musique, par conséquent, et vous disposerez d’un instrument puissant pour modeler les sociétés »

 « Au sein d’un univers changeant, seule une espèce changeante peut espérer être immortelle, et cela uniquement si les enfants sont élevés dans des environnements largement diversifiés et dispersés. Ce qui promet une abondance d’individus uniques »

 « Quand la violence est inévitable, mieux vaut choisir une explosion contrôlable que laisser se répandre un déchaînement contagieux »

2 réflexions au sujet de “Citations de « dosadi »”

  1. Salut,
    je viens de découvrir votre blog qui m’a accroché avec cet article sur dosadi, malheureusement beaucoup moins connu que dune, et votre analyse (malgré le craquage sur le nombre de citations/extraits 😉 ).
    Je ne saurais que trop vous conseiller de jeter un oeil à « le dragon sous la mer », d’une thématique très proche mais changement de décor, meme auteur évidement. Je me permet cette suggestion parce que je ne l’ai pas vu dans votre liste de droite, et il est beaucoup moins connu que les titres des cycles d’Herbert.
    Bonne lecture,
    laurent

  2. Bonjour!

    Merci pour ce commentaire (c’est toujours agréable de savoir si ce qu’on fait est apprécié… ou ignoré). J’ai bien sûr lu pratiquement l’entier de l’oeuvre de F. Herbert, mais si je devais mettre TOUS les titres ne serait-ce que d’Asimov et d’Herbert, la partie de droite serait un défilé. Je pars du principe que les gens réalisent qu’en mettant des titres, je mets surtout des auteurs que j’apprécie. Il m’arrive dont de piocher quelques titres, même si j’en ai lu bien d’autres de ces auteurs.

    Si vous aimez Dosadi, tentez la lecture des guerriers du silence de Bordage ou encore (du même auteur), les griots célestes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.