Romans Fantasy

Martyrs

Martyrs

Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d’un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu’ils se croient à l’abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d’un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d’embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer…

Encore des assassins, me direz-vous. À la longue, cela pourrait en devenir lassant… Alors pourquoi lire une énième aventure, ressassant nos souvenirs de la Voie des Ombre de Brent Weeks? Parce que certains auteurs nous surprennent encore; j’ai donc le plaisir de vous apprendre que Martyrs est une belle surprise au pays de la Fantasy francophone.

Avec Irmine et Helbrand, nous ne sommes pas en compagnie d’un maître enseignant à son héritier les arcanes des lames et des poisons; nos assassins sont au sommet de leur art, héritiers d’un peuple massacré pour sa différence, sa force et son exceptionnelle longévité. Seuls au monde, ces deux frères comptent bien le rester, vivant du sang qu’ils versent selon leur code… Leur chasse est dénuée de haine, de sentiments personnels et de peur. Plus froids que l’acier, ils verront leur existence changer quand le cours du Temps sera altéré par la venue d’un homme possédant les mêmes yeux dorés que les leurs… Un homme qui sait tout d’eux et qui n’aura de cesse de les fuir, de les aider et de les attendre.

Car les Arseker ne tuent pas seulement les gens… Ils soumettent le Temps lui-même, avant de comprendre que le Destin est le seul adversaire à leur mesure.

Un petit bijoux, écrit par une plume tranchante et acérée.

Arrivée à un final aussi surprenant que puissant, j’attends la suite d’un combat qui possède avec ce 1er tome de quoi nous éblouir.

Et pour la beauté du geste, pour qu’on ne dise pas que la Fantasy est un genre de rustre qui ne sait pas parler au femmes: « Les Arseker ne regardent pas les étoiles. Quand ils en trouvent une, ils l’aiment… »

I

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.