Romans Fantasy

Les Psaumes d’Isaak – Antiphon

Antiphon

Psaumes d’Isaak: Antiphon

Les temps anciens ne sont pas morts. Les sbires des rois-sorciers s’opposent toujours à l’ordre androfrancien.
Nebios, l’adolescent qui a assisté à la destruction de Windwir, sillonne les déserts du monde à la recherche de la Grande Bibliothèque. Tandis que le fantôme de son père lui apparaît pour le mettre en garde, il est pourchassé par d’étranges guerriers.

Jin Li Tam, la reine des Neuf Maisons Sylvestres, affronte quant à elle des ennemis au sein de ses fidèles. Ces derniers affirment que son fils est l’Enfant de la Promesse annoncé par leurs Évangiles. Ils sont persuadés que l’avènement de l’Impératrice Écarlate est imminent.

Tapis dans leurs abris, les derniers survivants de l’ordre androfrancien se préparent à répondre à la mélodie qui s’échappe d’un croissant argenté dans le Désert Bouillonnant…

Le premier tome, Lamentation, était original, bien mené et… sans plus. Un magnifique plan qui à mon sens était dénué de l’essentiel: la vie. Le second tome se teintait de quelques couleurs, partition brillante dont on commençait à entendre le murmure.

Et c’est là que je me suis dit que ces romans suivaient la logique de la musique, de cette trame si chère à l’un de ses héros, condamné à entendre au cœur du silence un chant empli de questions et exigent une réponse poussant les hommes aux plus étranges trahisons: cette saga est un silence dont la première note monte en crescendo, s’étoffant et s’enrichissant sans qu’on s’en rende même compte. Et Antiphon est le début de la prise de conscience, autant pour nous que pour ses personnages qui réalisent l’ampleur de la tristesse de leur vie, n’osant pas encore réaliser le prix qui leur serait demandé en vertu d’une promesse qui n’en sera pas moins grande.

Un monde de Fantasy où la main des hommes a forgé des arts dont la magie est devenue science, créant à son image des créatures dont l’espoir est devenu à l’égal de celui des hommes. Un monde crépusculaire et touchant dans lequel les destins des uns comme des autres nous emmènent d’une octave à l’autre, de la haine franche à la pitié, de la surprise à l’incompréhension, de l’amour à la trahison… ou quand l’humanité demeure simplement ce qu’elle a toujours été : une affaire personnelle.

L’auteur a fait ses gammes, et on ne peut que se réjouir d’en entendre les fruits. Et quant à la suite, à la Lune de bien vouloir nous livrer toutes ses clefs !

I.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.