Romans Fantasy

Le Coeur du Monde: Farlander

Couverture

Farlander

Ash est un farlander, un « homme du lointain » venu d’une île où les hommes ont la peau noire. Il appartient à un ordre d’assassins d’élite, les Rõshun, qui fournissent une protection fondée sur la vendetta : qui menacerait la vie de leurs clients deviendrait leur cible. Nul ne s’y risque, car nul n’échappe aux Rõshun.

Mais Ash est vieux et malade. Le temps est venu de prendre un apprenti qui lui succèdera. Il choisi Nico, un gamin de la cité de Bar-Khos, assiégée depuis dis ans, dernière à résister à un empire d’une atroce cruauté. Affamé, désespéré, Nico n’a pas de meilleur choix que de suivre le vieil homme au monastère des Rõshun où il apprendra le meurtre, mais aussi l’amitié et l’aour…

Le jour où l’héritier de l’Empire égorge délibérément une jeune fille portant le sceau des Rõshun, l’ordre exige d’assassiner l’homme le mieux protégé du monde.

Les Rõshun échouent l’un après l’autre. Ash se propose, il n’a plus rien à perdre. Le jeune Nico l’accompagne.

« L’une des plus grosses claques de cette année. Ça frappe fort, très fort. Col Buchanan est peut-être le nouvel Gemmell, et je pèse mes mots. » Nicolas Lefort, librairie Audé, Paris

« Cette histoire se faufile derrière vous tel un assassin, et avant de vous en rendre compte, c’est le petit matin, vous avez les yeux explosés et les joues mouillées de larmes ». Paul Goat Allen, librairie Barnes & Noble, New York.

« Farlander est unique. L’histoire vous capte et ne vous lâche plus, de l’ouverture sensationnelle à la conclusion stupéfiante ». The Times

Une nouvelle fantasy est en train d’éclore du cocon tissé par ses maîtres ou leurs ombres. Nous quittons ces héros auréolés de gloires, purs et traversant les écueils de leur mission ou destinée comme une étoile traverse le firmament. Mais le temps faisant, la magie est devenue un simple outils, un accessoire parmi d’autres, et de roman d’aventures à fond initiatique (le héros est toujours porteurs d’une mission, bonne ou mauvaise, et élevé de sa condition par ses périples) les auteurs actuels nous offrent des humains, des mortels tels que nous, raillant sagesse et noblesse, et pouvant même mourir quand bien même leur cause était juste et leur destin magnifique et prometteur. Les écrivains d’hier écrivaient pour des questions qui n’ont pas beaucoup changé, mais elles se posent différemment et c’est là tout leur intérêt.

Alors, en passant de Gemmell à Weeks, faisant un détour par Goodkind ou Nichols, flirtant avec Wurts, Von Brett et tant d’autres, nous arrivons à un auteur comme Buchanan, et nous frôlant l’hérésie ou le génie. Mais le génie peu avoir cela de dangereux qu’il nous emmène à la limite de la destruction de sa propre source. Ici… la Fantasy.

Ce roman est un crépuscule, celui de son héros, Ash. C’est aussi celui de son monde incrusté dans le genre d’une Fantasy qui se rapproche dangereusement du nôtre: la poudre, les armes à feu, les guerres justifiées par la religion, et… aucune magie! Von Brett nous en avait donné un avant goût en créant un monde en proie à un danger que deux idéologies allaient devoir combattre avec à la clef un choix aussi simple que lourd de conséquence: l’altérité peut-être se résoudre à s’accepter mutuellement? Même autour d’un ennemi commun? Et à quel prix? Car c’est dans la manière de combattre une même chose que souvent deux entités peuvent se déchirer…

Alors que penser de Farlander? Je l’ai dit, c’est un crépuscule, une lente agonie à la beauté bouleversante, tachée et maculée d’un souvenir au goût doux-amère. Celui d’un monde perdu à jamais, mais menant à un avenir empli d’espoir, de désillusions et… d’incertitude. Ce roman fait partie d’un tournant déjà bien amorcé, autant dans sa propre trame que pour le monde de la Fantasy.

Un nouveau chapitre s’ouvre, et Farlander en fait partie. Reste simplement à voir si la suite nous laissera un goût de cendre ou nous élèvera vers de nouveaux sommets.

Mon avis, autant pour ce roman que pour la Fantasy et son évolution, est que tout cela forme un tout. Et qu’on peut y piocher à volonté et selon l’envie du moment. C’est un premier livre, un premier chapitre qui a un avenir prometteur et encore beaucoup de terrain à défricher.

Farlander, ou le destin d’un homme dont les dernières pages nous annoncent qu’une vraie fin n’existe que si elle mène à une autre étape. Et en ce sens, ce livre est une surprise qui vous touchera, vous révoltera, et ne laissera personne indifférent.

I.

3 réflexions au sujet de “Le Coeur du Monde: Farlander”

  1. Voilà en Corps de l’Aventure ,
    De quoi Dorer les Nuits d’Eté ,
    Porter aux Vents de l’Ecriture ,
    Un Être Ash en Destinées 🙂
    NéO~
    Belle Nuit Lyhane.

  2. Je vais finir par croire que vous avez une interface mentale directement reliée aux dernières publications d’une ombre errante du Net! Vous répondez presque plus vite que je ne publie (et je me pensais rapide^^).

    Heureuse de croiser votre plume sur les rêves de la Toile, murmures et larmes que charrient fleuves et vents.

    1. Sourire Lyhane ,
      Je ne suis pas NéO pour Rien ,
      Mais Bien à l’Hors en Filigrane ,
      Pour Faire en l’Une Acte de Liens.
      Belle Soirée D’âme en Ligne 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.