Romans Science Fiction

Citations 2

Résultat de recherche d'images pour "griots célestes"
Les Griots Célestes, tome 1
« Soyons les portes de la vie, des combattants de la beauté.

Apprenons à voir autrement qu’avec nos yeux, à entendre autrement qu’avec nos oreilles, à sentir autrement qu’avec notre nez, à toucher autrement qu’avec nos mains, à goûter autrement qu’avec notre langue.  

Les portes de la vie s’ouvre sur l’innommable, sur les arcanes de l’inconnaissable, sur l’amour sans cesse en mouvement.  

Celui que nous désignons comme notre ennemi n’est pas notre ennemi, il est seulement un reflet de nous-mêmes, une autre manière d’appréhender la complexité de la création. Aimer son ennemi c’est plonger dans ses propres turpitudes, apprendre à se regarder avec compassion, comprendre que chacun de nous porte à la fois l’ensemble des tourments humains et la floraison perpétuelle du bien.  

Celui que tu exècres, que tu combats, n’est autre que toi-même. T’enfuir, te réfugier dans les dogmes et dans les jugements ne servirait à rien : tu vis seul et nu dans tes fosses profondes. Il n’y a ni héros, ni salaud, seulement des âmes qui explorent les différentes faces de l’être.  

Tu es la goutte infime qui renferme l’océan, l’étincelle qui accueille l’énergie du feu, le souffle qui contient la puissance infinie de l’esprit, la note qui exprime le chœur universel.  

Cesse donc de trembler : tu ne perdras pas cela en mourant, car la mort n’est que le pays qui s’étend de l’autre côté de la porte, la mort n’est qu’une autre façon de célébrer la vie.  

Tu rejettes ces paroles, car elles ébranlent les constructions de tes pensées ; tu les entendras quand tu ne chercheras plus à les comprendre ». 

Les Griots Célestes, tome 2
« À celui qui se croit indispensable au monde, le monde répond qu’il n’a pas plus d’importance que les autres, 

À celui qui se croit oublié du monde, le monde répond qu’il n’oublie jamais une de ses créatures, 

À celui qui se croit élu par le monde, le monde répond qu’il accorde la même attention à chacune de ses créatures, 

À celui qui se croit seul au monde, le monde répond que la solitude n’est qu’un aspect du monde, 

À celui qui se croit maudit par le monde, le monde répond que la malédiction n’est qu’une vue de l’esprit, 

À celui qui se croit blessé par le monde, le monde répond que ses créatures sont assez grandes pour s’infliger elles-mêmes leurs blessures, 

À celui qui s’efface devant la grandeur du monde, le monde ne répond rien, il donne ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.