Romans Science Fiction

Citation de l’épisode III


L’obscurité est généreuse.

Son 1er cadeau est qu’elle masque tout : votre vrai visage est dans le noir, sous votre peau, votre vrai coeur reste dans l’ombre, tout au fond.
Mais ce que l’obscurité masque le plus, ce n’est pas votre vérité secrète ; c’est la vérité des autres.
L’obscurité vous protège de ce que vous ne voulez surtout pas connaître.

Son 2ème cadeau consiste à vous maintenir dans une illusion rassurante : c’est la douce étreinte du rêve dans l’abandon de la nuit, la beauté que l’imagination donne à ce qui serait repoussant dans la lumière crue du plein jour.
Mais le plus réconfortant de l’obscurité est de vous faire croire qu’elle passera : que toute nuit amène un nouveau jour. Car, en réalité, c’est le jour qui est éphémère.
Le jour est une illusion.

Le 3ème cadeau de l’obscurité est la lumière elle-même : comme les jours sont définis par la nuit qui les sépare, comme les étoiles sont définies par les ténèbres insondables dans lesquelles elles tournoient, l’obscurité renferme la lumière, et la ramène de ses propres abîmes.
A chaque victoire de la lumière, c’est obscurité qui gagne

***

L’obscurité est généreuse, et elle est patiente.

C’est l’obscurité qui sème la cruauté dans le terreau de la justice, qui fait pleuvoir insidieusement le mépris dans la compassion, qui empoisonne l’amour avec les germes du doute.
L’obscurité peut se permettre d’être patiente, car la petite goutte de pluie fera germer les graines.
La pluie viendra et les graines germeront, puisque l’obscurité est le terreau dans lequel elles poussent, comme elle est les nuages au-dessus d’elles, et comme elle attend embusquée derrière le soleil qui leur donne sa lumière.

La patiente de l’obscurité est infinie.
Avec les temps, même les étoiles finissent par s’éteindre…

***

L’obscurité est généreuse, et patiente, et elle gagne toujours.

Elle gagne toujours, parce qu’elle est partout.
Elle habite le bois qui brûle dans l’âtre, elle est dans la bouilloire qui chante sur le feu; elle est sous votre chaise, sous votre table, et sous les draps de votre lit.
Marchez en plein soleil, à midi, et l’obscurité vous accompagne, attachée à la semelle de vos chaussures.

Et plus vive est la lumière, plus noire est l’ombre qu’elle projette

***

L’obscurité est généreuse, elle est patiente, et elle gagne toujours, mais au coeur de sa force il y a de la faiblesse : il suffit d’une chandelle pour la tenir à distance.

L’amour est plus fort qu’une chandelle.
L’amour peut embraser les étoiles

Source: roman de l’épisode III  

4 réflexions au sujet de “Citation de l’épisode III”

  1. Je suis d’une humeur chagrine particulièrement propice pour jouer les avocats du Diable. Vous permettez?

    Jolis textes.
    Mon positivisme s’arrête là.

    La chute est, à mon goût, un peu facile. On pourrait remplacer Amour par Espoir ou tout autre concept que nos cultures ont associés à des notions porteuses et positives. Mais soit, gardons l’Amour comme le concept le plus positif qui soit.
    Et au-delà des mots alors? Chassons l’obscurité par l’Amour? Est-ce là le message?

    L’Amour salvateur et vainqueur face à l’éternelle Obscurité? Le sujet n’est guère nouveau. Encore faut-il définir ce que l’on entend par Obscurité et par Amour. Je vais faire l’hypothèse que l’obscurité est un fourre-tout dans lequel chacun y met la somme de ses malheurs et de ses frustrations. Mais alors, qu’est-ce que l’Amour du prochain, ce bel idéal? Ce paradis relationnel que tout le monde cherche sans trop savoir pourquoi?

    Je ne suis pas homme à accepter les actes de foi. J’ai besoin d’une raison. Ne serait-ce ensuite que pour assumer mes actes. Car, sans raison, comment justifier ses décisions? L’acte de foi est, à mon sens, le meilleur moyen de déresponsabiliser les gens. Non, il me faut une raison. Alors, pourquoi aimer son prochain? Parce qu’on nous a toujours dit que c’est bien? Que c’est bon? Parce que la société, cette belle cage dorée, nous le présente comme un Graal sentimental à atteindre à tout prix pour être heureux et épanouis? Ou tout simplement, parce que tout le monde le cherche, alors pourquoi pas nous?

    Fondamentalement, je n’ai rien contre ce concept d’amour du prochain. Tout au contraire. C’est une belle utopie. Un bel idéal. Une jolie théorie. Pas vraiment applicable. Pas totalement inutile non plus. Elle permet de garder l’espoir. Mais l’espoir de quoi? L’espoir que la Vie peut être un peu plus légère si on la partage avec d’autre? L’espoir que l’on est pas seul?

    Beaucoup de monde (pour ne pas dire tous) désire telles ou telles choses. Mais peu se demande vraiment pourquoi. Je ne dis pas que ces désirs ne valent pas la peine d’être assouvis, je dis juste que beaucoup de gens ne se posent même pas la question des origines de leur désirs. Aimer pour aimer? Si on ne sait même pas pourquoi est-ce qu’on veut aimer, quel intérêt? D’ailleurs, est-ce bien là leurs désirs ou ceux-ci sont-ils imposés (ou plutôt habilement suggérés) par d’autre? Ce raisonnement est applicable à de nombreuses niveaux. Des désirs matériels les plus simples (une paire de chaussure) – raisonnement assez couramment admis – à des désirs plus subtiles comme des sentiments. Là le discours se fait plus rare: on n’aime pas en parler.

    Et si on se demandait vraiment, et de manière honnête, pourquoi voulons-nous tendre vers cet idéal relationnel? Pourquoi voulons-nous l’atteindre? Qu’avons-nous à y gagner? A y perdre? Quels sont les fondements de cette utopie? Allez, soyons fou, je pose la question franchement: “pourquoi Aimer son prochain?”
    Oh oui, il existe de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a été traité sous toutes ses formes, sous tous ses aspects et à de multiples reprises. Mais au fond, peu importe l’avis de ces auteurs et de ce qu’ils en pensent. Ce qui a de l’importance c’est ce que vous en pensez, VOUS. Ce que chacun de nous en pense. Y avez-vous simplement réfléchi ou justement parce que d’autre l’on soit disant déjà fait, cela vous dédouane d’examiner la question?
    Vous êtes-vous demander si « aimer son prochain » était un droit ou un devoir? Cela peut paraître bête, mais étonnement, cette question aux multiples réponses vaut la peine d’être creusée par chacun d’entre nous. Ca ne change en rien le fait de désirer aimer son prochain, mais ça modifie la manière qu’on a de percevoir cette action.

    Vous vous demandez où il veut en venir l’autre cynique avec son discours? J’y arrive.
    Aujourd’hui, tout ce que je vois quand j’observe autour de moi, c’est que bien souvent au nom d’idéaux mal définis (ou au contraire volontairement non clairement définis), l’humain se permet des libertés qu’il aurait du mal à justifier sans le recours à ces absolus virtuels. L’Amour, la Paix, la Liberté sont quelques uns de ces nombreux idéaux trompeurs.
    En soit, ces notions ne sont évidemment pas des mystifications. Bien au contraire. Elles sont porteuses de valeurs positives et valorisantes. C’est l’utilisation abusive et mal définie que l’humain en fait qui l’est. Au nom de la Paix, on fait des Guerres. Au nom de l’Amour pour certains, on peut se permettre d’en Haïr d’autre. Sans compter que la Liberté de quelques un implique l’Esclavage d’une majorité.

    Je pose beaucoup de questions et ne donne pas de réponse. La raison est simple: je ne les ai pas. Mais, ce n’est pas cela que je souhaite mettre en avant. Ce qui m’agace, c’est le fait que peu de gens se posent ces questions. Peu de gens prennent le temps de se poser des questions, quel que soit le sujet. Ils subissent la Vie, la Société, les Gens…
    Ce que j’aimerai, c’est que les gens enlèvent leurs confortables oeillères et commencent à se poser des questions. Je ne demande même pas de réponse. Que des questions. Des questions honnêtes. Oui, le monde est moche si on le regarde de prêt. Oui, il est inégal et brutal. Et ne venez pas me dire que vous êtes au courant. Tout ce que la majorité des gens font, c’est lire la presse qui ne fait que relater avec douceur, quelques petits problèmes divers, en évitant de parler de ce qui fâche vraiment. Ca vous fait croire que vous êtes au courant et conscients de la situation alors que ça ne fait que relater ce que vous avez envie de voir et surtout, ça soulage votre conscience, entre deux pages publicitaires. Sortez un peu de ce carcan et posez-vous des quelques questions simples et honnêtes. Déjà sur vous, puis peut-être sur ce qui vous entoure.

    Une partie de l’humanité se livre à des guerres au Moyen-Orient, soit disant pour libérer le peuple de l’oppression de divers tyrans. Au nom des Droits de l’Homme et de la Démocratie. Même si rentrer dans les détails et remettre en cause les motifs annoncés de ces guerres (ce qui est légitime de faire) n’est pas le but ici, vous êtes-vous déjà demandé si ces motifs initiaux – les Droits de l’Homme et la Démocratie donc – étaient des motifs valables? Ou est-ce que juste à la mention de ces concepts, vous hochez la tête, certains que ces motifs sont purs, juste parce qu’on vous l’a suffisamment répété? Ceci est un exemple parmi tant d’autre.

    Où voulais-je en venir? Au simple fait que j’en ai marre de voir des aveugles qui croit voir. J’ai pris la notion « d’Amour du prochain » comme exemple. Tout le monde est d’accord pour dire que c’est un idéal à atteindre, mais rares sont ceux qui pourraient dire pourquoi. Ils l’ont simplement accepté, sans savoir pourquoi. Sans même se poser la question pourquoi en fait.
    Etre véritablement conscient de notre monde, de ses problèmes et de ses joies n’est pas réservé à une élite intellectuelle ou dirigeante. Bien au contraire, la plupart de ceux-là sont trop enfoncés dans le système pour prendre un peu de recul. Non, c’est à la portée de tous ceux qui prennent le temps de se poser des questions. Les réponses viendront d’elles-même avec le temps. Mais sans question, pas de réponse. Il faut arrêter de croire tout ce qu’on nous dit. Je ne dis pas que tout est faux et que tout le monde ment. Loin de là. Mais assez souvent, parce que les concepts sont mal définis, mal posés, mal réfléchis, on finit par faire dire et faire n’importe quoi au nom de ces concepts flous. Se poser des questions permet de faire le tri.
    Alors, prenez le temps d’ouvrir les yeux et de vous poser des questions. Et ça, c’est à la portée de tous.

  2. Alors là, merci.

    Un commentaire qui rejoint parfaitement les raisons pour lesquelles j’en viens à poser ce type de citation: se poser des questions! Et les tiennes me plaisent bien, autant par leur forme que par leur clarté.

    Il y a encore beaucoup à dire, mais après lecture, une minute de silence.

    Ce texte pourrait être en soi un billet, il en a autant la pertinence que la plume.

    Merci pour ces quelques lignes!

  3. Magnifique, tu fais un blog! Ce qui implique un lien dans la rubrique des blogs wordpress de mon autre blog, « les chapitres du temps »^^. Et j’ai rarement été si contente d’en ajouter un.

    Au plaisir de te lire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.